RSS
RSS



 

When you know nobody... [ Dewey C. Heathcliff ]

Sujet: When you know nobody... [ Dewey C. Heathcliff ] Sam 30 Oct - 20:28
Invité
Invité
Anonymous
When you know nobody... [ Dewey C. Heathcliff ] Yoouuu10 When you know nobody... [ Dewey C. Heathcliff ] Iconkristenstewartpo31

Privé
Dewey && Juliet


_______________


Ma vie actuelle est vraiment différente de celle que j'avais avant, obligée de me cacher pour fumer, obligée de demander pour sortir, je ne sais pas comment j'arrive à résister, la vie change de famille en famille, c'est vraiment bizarre que mon père et mon oncle soient différents à ce point...
Le soleil était haut dans le ciel, il ne faisait pas très chaud même si le soleil réchauffait un peu l'atmosphère. Il n'y avait aucun nuage dans le ciel et pas de vent. Cela faisait un mois que j'étais la et tout était si différent de chez mon père, la ville était beaucoup plus grande, le temps était bien plus beau et les gens moins intéressés par moi, c'est vraiment beaucoup mieux !

Me baladant dans Ferview, je ne sais pas vraiment où je vais, tout ce que je sais c'est que j'y vais. La musique à fond, un cigarette à la main, je ne me méfie pas, la maison est bien plus loin, ici on ne connais pas grand monde, et personne ne me connait, c'est bien mieux ainsi. Rare sont les personnes qui ont vu que j'étais arrivée, et rares sont les personnes qui savent où j'habite... Alors que je marche lentement dans la rue, absorbée par la musique, je vois une grande étendue verte au bout du chemin, un parc ! Je ne savais même pas qu'il y en avait un... N'accélérant pas de beaucoup la marche, j'arrive tout de même rapidement à l'entrée du Golden Parc, j'y rentre et contemple l'immensité de l'endroit, c'est magnifique, je dois bien l'avouer et assez, inattendu...
Je marche sur les chemins de pierres blanches lorsque je vois un lac, immense lui aussi, c'est vraiment magique, j'ai l'impression que tout cela sort tout droit de mon imagination... Alors que je traverse la pelouse pour aller aux bords du lac, je me rend compte que ma cigarette est toujours allumée et dans ma main, ici tout le monde peut me voir, des personnes peuvent connaître mon oncle, cachée par quelques buissons, je la termine et l'éteint, je la met un un étui puis tourne la tête pour voir si personne n'est la, seulement un jeune, je ne le connais pas même si sa tête me dis quelque chose, peut être quelqu'un au lycée l'année dernière, je dois confondre... Finalement je vais au bord du lac et m'assois tout en regardant l'eau, absorbée par ma musique et dans la contemplation du lac.
Sujet: Re: When you know nobody... [ Dewey C. Heathcliff ] Dim 31 Oct - 15:26
Invité
Invité
Anonymous
    Je n'étais pas vraiment capable de savoir si j'avais cours ou pas aujourd'hui. En revanche, vous pouviez savoir pourquoi rien qu'en regardant mes yeux. Je ressemblais un peu à un chinois, et mes pupilles étaient anormalement dilatées.Pour ceux qui n'avaient pas encore compris, j'étais totalement défoncé, et ça n'allait pas en s'arrangeant. Les journées défonce, c'était toujours le pied. C'était encore mieux avec ma sœur, bien sur. On avait carrément l'air d'un toxico quand on était défoncé et seul dans sa chambre. Un peu comme on a l'air d'un alcoolique lorsqu'on se met une mine tout seul devant la télé. Vous avez compris ce que je voulais dire ! Le mur de ma chambre ne m'avait jamais paru aussi moche, au passage. Ça faisait un petit bout de temps que je me disais qu'il me faudrait le repeindre. Et bien, c'était fait. Il était maintenant bleu, vert, rouge, et un peu brun. Je ne sais pas si vous avez déjà essayé de peindre défoncé. Si vous avez essayé, vous pouvez alors imaginer quel était l'état de mon mur après ça. Il était moche, et très très drôle. J'avais essayé de faire des poids de toutes les couleurs, après l'avoir entièrement repeint en brun. En fait, il y avait beaucoup de brun ! Je dois avouer que j'avais plutôt géré la sous couche, elle était presque belle. En revanche, les poids... ils ressemblaient plus à des merdes d'oiseaux qu'à autre chose. Après réflexion, ça faisait un style plutôt original. Il n'est pas donné à tout le monde d'avoir un mur dans ce genre. La plupart des gens se contentent d'un mur coloré, dans motifs, ou alors avec des motifs unicolores et uniformes. Mon mur était multicolore et multiforme. C'était le pied, je peux vous l'assurer. Seulement, je rigolais un peu trop pour pouvoir respirer. C'est la raison pour laquelle je dus sortir m'aérer les poumons. Pour pouvoir respirer normalement, il aurait fallu que j'en achète des nouveaux. Je n'avais malheureusement pas les moyens, ni la maladie suffisante.

    Bref. Quoi de mieux que le golden park pour me ressourcer ? De plus, il ne devait pas y avoir grand monde à cette heure là. Les gamins étaient soit à l'école, soit à la sieste, et la plus part des gens de mon âge devaient être en ville, dans un bar ou chez eux à bosser. Arrivé là bas, je m'assis sur un banc, tout en fumant une cigarette. Je vis une fille passer devant moi. Sa tête me disait quelque chose, elle devait habiter dans le quartier. Elle sortait d'un buisson, où je l'avais vu fumer quelques secondes plus tard. Peut-être essayait-elle de se cacher. C'était raté, en ce qui me concernait du moins. Je n'avais bien sur pas l'intention de le crier sur tous les toits, mais c'était bon à savoir, au cas où... Elle partit s'asseoir au bord de l'eau. Elle semblait captivée par ce qu'elle voyait, ou bien alors en train de s'endormir en écoutant sa musique. Ou les deux, d'ailleurs. Elle n'avait pas l'air méchante. C'est surement la raison pour laquelle je me sentis obligé d'aller m'asseoir à côté d'elle. Je voyais déjà moins flou et rigolais moins que lorsque j'étais dans ma chambre. Peut-être ma tête trahissait mon état, mais mon intérieur commençait à s'en remettre. Cigarette toujours à la main, je la regardai fixement.

    _Ce serait indiscret de te demander pourquoi tu te caches pour fumer ?

    Surtout idiot, j'en avais conscience. Mais il elle me racontait ça, elle serait surement amenée à me parler de sa famille et je pourrais donc savoir si elle habitait dans le quartier, et par la même occasion où. Avec un peu, beaucoup de chance. Ma cigarette commençait à se mourir dans ma main. Je tirai une dernière latte et la lançai dans l'eau. Je la regardai ensuite bouger au grès du courant. S'en était presque beau.
Sujet: Re: When you know nobody... [ Dewey C. Heathcliff ] Dim 31 Oct - 19:07
Invité
Invité
Anonymous
Mes yeux se fermaient petit à petit, je ne savais pas pourquoi je me sentais si fatiguée, je me balançais lentement au rythme de la musique. Je sortis de nouveau une clope, finalement personne du quartier était dans les parages... Je l'alluma lorsque quelqu'un s'installa à mes côtés, sans vraiment y prêter attention pour l'instant, je mis mes lunette de soleil puis arrêta ma musique. Ce cône que je tenais dans la main ne contenait pas que du tabac, mais dans ce quartier pratiquement personne ne fumait, au pire personne ne me connaissais.

_Ce serait indiscret de te demander pourquoi tu te caches pour fumer ?

_ Disons que Tom -mon oncle- habite ici depuis longtemps, je suis arrivée il y a environ un mois je suis arrivée et je voudrais pas vraiment me faire mal voir dès le début.

Je déballais ma vie à un inconnu ... Je le regarda, tirant sur le cône. Puis je me rendis compte qu'il connaissait peut être Tom, il n'avait pas vraiment l'air de balancer, surtout qu'avec ses pupilles dilatées et ses vaisseaux éclatés, il venait d'en fumer lui aussi, et pas qu'un peu... Je le regarda dans les yeux et lui souris puis baissa les yeux pour fumer de nouveau.

_ Et à qui ais-je l'honneur si je puis me permettre.

Puis j'éclata de rire, je devais vraiment passer pour une débile, pourtant la drogue ne me montais pas au cerveau, je n'en avais pas fumé assez, heureusement il m'en restais dans mon sac. Finalement à court de mot, je n'avais qu'une envie, m'allonger, mais ne pas poser la tête sur le sol, pas grave, je vais rester assise.
Sujet: Re: When you know nobody... [ Dewey C. Heathcliff ] Lun 1 Nov - 13:48
Invité
Invité
Anonymous
    Elle mit ses lunettes avant que je n'ai eu le temps d'ouvrir la bouche. Je me retenais de rire, en pensant qu'elle se serait facilement endormie là si je ne lui avais pas parlé. C'était plutôt embarrassant de s'endormir dans un endroit publique. Elle s'alluma aussi une cigarette. A première vue, on aurait pu croire que c'était une cigarette roulée comme un bédo. Mais dès qu'elle l'alluma, et que l'odeur parvint jusqu'à mon nez, je me rendis compte qu'il contenait des substances à peine moins légales. C'était une fille bien, enfin une fille avec qui j'allais bien m'entendre. Dans ce cas, le terme de fille bien n'était peut-être pas le plus approprié. Du moins, ce n'était pas celui qu'aurait employé une personne normale. Car pour une personne normale, je n'étais pas un type bien. Mais c'est un autre débat. Elle ne sembla pas vraiment se rendre compte que j'étais un inconnu, à première vue. Ou du moins, elle ne sembla pas intriguée par le fait qu'un parfait inconnu vienne s'asseoir à côté d'elle dans un parc, ni par le fait qui lui demande pourquoi elle se cachait pour fumer, alors qu'elle était censée ne pas avoir été vue. Réflexion faite, je n'aurais pas été étonné non plus...

    _Disons que Tom - mon oncle - habite ici depuis longtemps, je suis arrivée il y a environ un mois et je voudrais pas vraiment me faire mal voir dès le début.

    Tom, c'était le mari de Lynette. Lynette, c'était la blonde qui avait presque plus de gosses que de doigts. Il fallait le faire quand même, pour accoucher autant de fois. Mais bon, c'était un choix. Et en plus de ça, ils accueillaient chez eux la nièce de ce monsieur. Au moins, ils devaient se tenir chaud. C'était drôle, qu'elle se cache pour fumer pour ne pas se faire mal voir. Je n'avais jamais envisagé ça sous cet angle là. Après tout, quand on cache à son entourage qu'on fume, c'est plus pour ne pas se faire arracher la tête que pour se faire bien voir. Mais c'était une raison comme une autre, et je la respectais. Dans la foulée, je me demandais si mes voisins avaient une mauvaise image de moi parce que je fumais, et pas que des cigarettes. Mais je m'en foutais, on avait toujours eu une mauvaise image de ma famille. Je ne relevai pas, je n'avais pas non plus envie de lui parler des problèmes que nous avions eu. Je n'en parlais jamais à personne, car ça ne regarde personne.

    _Et à qui ais-je l'honneur si je puis me permettre.

    C'était une très bonne question. Elle au moins elle la posait franchement, au lieu d'utiliser des moyens détournés comme je l'avais fait. Juste après avoir fini sa phrase, elle éclata de rire. Elle avait du se rouler un joint bien corsé, pour qu'il lui monte à la tête aussi vite. A moins que ce ne soit son état normal, qu'elle rigole souvent toute seule. Je le regardai avec un petit sourire en coin.

    _Moi c'est Dewey. Je peux ?

    Avant qu'elle n'ai eu le temps de parler, je lui avait pris la cigarette qui fait rire des mains et la portais à mes lèvres. Par chance, ou pas, j'étais tombé sur une grosse boulette, qui m'arracha littéralement la gorge. Mais je pouvais le supporter, j'avais l'habitude. En revanche, je compris pourquoi il était monté si vite. Il était carrément pire que corsé. Mais c'était bon, comme je les aimais. C'était décidé, nous allions bien nous entendre. Je lui tendis le joint, attendant qu'elle le reprenne.

    _Merci, en fait
Sujet: Re: When you know nobody... [ Dewey C. Heathcliff ] Lun 1 Nov - 18:37
Invité
Invité
Anonymous
Regardant devant moi tout en tirant sur le joint, j'attendais une réponse de la part du jeune homme... Le soleil ne réchauffant pas l'atmosphère, mes dents commencèrent à claquer puis mon corps à trembler, le vent était froid et bien qu'il ne soufflait pas très fort, il me glaçait jusqu'au sang, et oui je suis frileuse...
Je ne savais pas si Tom était au courant que je fumais, mon père ne l'avait surement pas prévenu... Je tourna la tête vers le jeune homme attendant toujours sa réponse, il devait réfléchir à la réponse que je lui avait donné... Oui il devait se demander si le pet me montait vraiment vite à la tête, j'avais peut être vraiment forcé mais quand même, c'était le premier que je fumais de la journée...

_Moi c'est Dewey. Je peux ?

Lorsque je tourna la tête vers le jeune homme je n'avais déjà plus rien dans les mains, il me regardait avec un sourire en coin, j'étais si drôle que ca ? Il tira sur le cône puis fit une grimace, il devait être tombé sur une boulette, je fis un sourire moqueur, il avait vraiment du souffrir, le pauvre...

_ Enchantée Dewey.

Dis je toujours en souriant, il me tendit le joint, et attendit que je le reprenne, je ne fis pas prier, je le pris et tira dessus alors qu'il me parlait.

_Merci, en fait

Je souffla la fumée avant de répondre.

_ Mais de rien, autant faire partager...

Dis je en lui faisant un petit clin d'œil. Je m'allongea sur le ventre, les coudes sur le sol, la tête sur les mains, face à Dewey, j'avais envie de dormir mais bon, parler m'en empêchera peut être, je ne devais pas m'endormir ici, dans un lieu public ...
Sujet: Re: When you know nobody... [ Dewey C. Heathcliff ]
Contenu sponsorisé

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum